Japon,  voyage

[voyage] #visitWakayama, jour 5: Katsuura , le sanctuaire Kumano Nachi Taisha et les chutes de Nachi!

Les souvenirs sont parfois comme la dernière page d’un livre que l’on refuse de tourner… Même si il me peine de conclure avec vous le récit de ce merveilleux voyage, il me faut vous parler de la toute dernière étape de ce périple.

Nous sommes allé de bon matin visiter la criée de Katsuura, réputée pour son thon rouge. A l’heure à laquelle nous sommes arrivés, les spécimens les plus impressionnants avaient déjà été vendu, mais nous avons pu tout de même observer le pesage de ces poissons qui font la fierté de la localité.

Notre guide nous a ensuite amené dans une petite allée commerciale qui regorge de produits locaux et de vendeurs avenants. L’un de ces vendeurs se nomme M Mondo, un personnage attachant qui nous a surpris par sa francophilie passionnée. Il nous a parlé de Marguerite Duras et d’André Malraux avec plaisir, souvenirs de ses années d’étudiant. Il participe au journal local et échange chaleureusement avec les visiteurs étrangers. Allez le voir si vous passez à Katsuura, et vous trouverez dans son échoppe de nombreux produits locaux à ramener: jus de mandarine bio, boisson à base de shiso ou d’agrumes locaux.

Le sympathique M Mondo

Si le cœur vous en dit, vous pourrez déguster du thon frais en sashimi ou en fines tranches sur un bol de riz, mais nous avions pour notre part déjà bien profité du buffet de petit-déjeuner très copieux de l’hôtel.

Puis il nous a fallu prendre la route pour notre prochaine visite: le sanctuaire de Kumano Nachi. Situé sur le mont du même nom, il s’agit d’un des temples shinto les plus connu du Japon dont vous avez sûrement déjà vu la photo, tant il représente un point de vue iconique. Il s’agit (entre autre, car le site ne se résume pas à cela) de cette magnifique pagode rouge se détachant d’une cascade . C’est un lieu sacré inaccessible au public, où seul les moines peuvent se purifier.  Ne vous inquiétez pas cependant, il vous est possible d’en boire l’eau pure moyennant la modique somme de 100 yens. Elle a la propriété de vous octroyer une bonne santé, et elle est de surcroit délicieuse.

Notre guide a eu la bonne idée de nous proposer, avant de visiter le sanctuaire, de nous mettre dans la peau des pèlerins de l’époque en nous faisant essayer la tenue traditionnelle portée pour ce genre de pèlerinage. Accueillis par une charmante obachan, nous avons avec plaisir revêtu les atours de ces voyageurs d’antan.

 

Ma compagne de voyage a opté pour la version masculine très élégante et moi dans sa version féminine, ornée d’un large chapeau bordé d’un voile censé protéger les femmes des regards indiscrets. Vous pouvez vous reportez à mon récit du 3ème jour pour avoir une très bonne idée des tenues que nous avons portées. Nous nous sommes prêtées ensuite au jeu des photos souvenirs, et je dois vous dire que lorsque vous serez de retour chez vous, ces clichés originaux rencontreront un fier succès! En tout cas, ça a été le cas pour moi^^ Nous avons été ravies de l’accueil de notre hôtesse qui nous a expertement habillées, et c’est une activité que je recommande à tout visiteur du site.

Nous sommes ensuite repartis pour visiter le sanctuaire , et admirer le superbe temple Nachi. Ce site est l’une des destinations finales des pèlerins de Kumano Kodo. Il mêle tradition Shinto et bouddhiste , et respire la sérénité. C’est un lieu idéal pour observer la richesse des rituels et bénéficier de points de vue admirables. Il faisait ce jour-là un temps très ensoleillé et nous étions entouré de cerisiers et de pruniers en fleurs. Si vous comptez visiter le site en été, sachez que se tient le 14 juillet le festival du feu, un ancien rite de purification sous forme de retraite au flambeau. A n’en pas douter, le spectacle de ces torches illuminant le crépuscule vaut à coup sûr le détour.

Il était ensuite temps de nous mettre sur le chemin du retour. En route, nous avons fait étape pour découvrir Hisagui -Iwa , où l’on peut voir la disposition naturelle de pierres au formes inhabituelles formant un pont sur plus de 800 mètres. La légende raconte que ce pont soit l’œuvre du fameux Kobo Daishi, décidément la figure incontournable de  la préfecture de Wakayama.

 

Pause-déjeuner dans un charmant petit restaurant pour un repas une fois de plus délicieux, et quelques heures plus tard, nous étions à la gare JR de Wakayama pour entamer la deuxième partie personnelle de mon périple dans la banlieue de Tokyo.

 

CONCLUSION.

Il n’a pas été facile de mettre fin à ce voyage, intense et riche en découvertes. J’avais depuis longtemps l’envie de découvrir les régions japonaises, et de sortir de l’habituel trio Tokyo-Kyoto-Osaka. Je n’ai pas été déçue. Wakayama est très facilement accessible, et regorge de sites touristiques qui vous couperont le souffle. Que ce soit au niveau historique et religieux avec le site de Koyasan et le pélerinage de Kumano Kodo, ou au niveau humain et culturel avec Yuasa , Hongu et son atelier washi et les belles rencontres que nous y avons faites ; ou tout simplement pour le bien-être et la détente grâce à ses nombreux onsens et ses ryokans confortables et chaleureux, la préfecture est un trésor pour les visiteurs étrangers. Même si grâce à l’organisation parfaite de notre guide, nous avons visité bon nombre des sites les plus significatifs de la région, je sais que je reviendrais sans aucun doute séjourner à nouveau à Wakayama pour y revoir les personnalités attachantes que nous avons rencontrés, profiter de ses sources d’eau chaude, continuer d’en apprendre plus sur l’artisanat local et savourer ses spécialités locales.

La région saura répondre à votre soif de culture, de beaux paysages et de dépaysement.

un grand merci à M Itoh de l’office de tourisme de Wakayama qui nous a invité à découvrir la région, et à M Matsumoto, notre précieux guide dont la gentillesse, l’écoute et le sens précis de l’organisation ont largement contribué à la totale réussite de ce voyage!

Visitez Wakayama!

 

Please follow and like us:
error

1519total visits,3visits today

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *