Fashion,  Interview,  Vietnam

[mode] rivêt : une marque française au cœur vietnamien

En Octobre se tenait aux Tuileries une version inédite de la Fashion Week. En effet, covid oblige, les salons Who’s Next, Man/Woman et Première Classe s’étaient rassemblés pour faire cause commune et proposer aux professionnels une sélection de marques venues du monde entier. Parmi ces créateurs triés sur le volet, Asiascope a eu l’occasion de faire la découverte d’une enseigne française qui met à l’honneur le savoir-faire de l’artisanat vietnamien. Rencontre avec Charles Coutris, fondateur de cette marque française à l’âme vietnamienne.

Charles Coutris, fondateur de la marque rivêt, et son équipe. Crédit photo: rivêt

A l’origine…

Asiascope : Comment est née la marque ?

Charles Coutris : J’ai fondé L’Indochineur (ndr:l’entité reservée aux professionnels) en 2002. A l’origine de cette marque, c’est un coup de cœur pour le Vietnam. J’y ai fait mon service militaire en tant que prof de français pour des officiers vietnamiens, plongé dans la culture locale. J’ai vraiment adoré ce pays et à l’issue de cette expérience, j’ai essayé de trouver un moyen de garder un lien durable avec le Vietnam.L’artisanat du pays est riche et varié, donc j’ai très vite pensé à le distribuer en France et dans d’autres pays.

Au départ, c’était surtout de l’importation, puis petit à petit, nous nous sommes orientés dans la création. A présent, 90% des produits que nous fabriquons sont des créations originales.

Manchette laque. Crédit photo: rivêt

Le concept est de toujours utiliser les techniques traditionnelles de l’artisanat vietnamien .Il existe de nombreux villages d’artisanats de plus d’une centaine d’années , qui se consacrent parfois à des matériaux précis:la corne, le bambou ,la laque ou encore le cuivre… Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux artisans ou de nouvelles matières pour nos créations. Nos designs sont épurés pour mettre en valeurs ces matériaux. Nous souhaiterions également dans le futur nous ouvrir sur le culturel, dans le domaine culinaire.

LES ÉTAPES DE CRÉATION.

Asiascope : Parlons de vos créations.

Je ne suis pas designer de formation, mais j’ai un goût pour l’artisanat et les belles choses. Au début, nous faisions des collaborations avec des designers extérieurs. Depuis 6 ans, nous avons une directrice artistique avec laquelle je travaille sur les collections. Nous réfléchissons ensemble sur les inspirations, et elle se lance ensuite dans la conception des modèles.

Crédit photo: Asiascope.fr

-Quelles sont les étapes entre la conception et la réalisation des produits ?

Nos bureaux se situent à Châtillon, et également un bureau au Vietnam, à Hanoï et Saïgon. Nos employés là-bas font le relais avec les artisans. Le numérique nous aide beaucoup car nous leur envoyons nos plans de techniques, de découpe, de montage… Les artisans les consultent, échangent avec nos représentants locaux pour s’assurer d’avoir bien compris et ils fabriquent des échantillons que nous observons par le biais de photos ou de vidéo-conférences. Si le modèle est bon, nous le faisons venir en France et si il est approuvé, nous commençons la production.

UN SAVOIR-FAIRE VIETNAMIEN UNIQUE .

Crédit photo: asiascope.fr

Asiascope : Comment choisissez-vous vos artisans ?

C’est très divers, et j’ai plein d’histoires différentes à ce sujet. Par exemple, j’ai rencontré un artisan que j’avais trouvé dans les pages jaunes vietnamiennes. Il ne savait pas qu’il y figurait et c’était la première fois qu’un occidental venait le rencontrer. La plupart du temps, ils ne travaillent pas directement avec les clients étrangers, mais avec des sociétés exportatrices vietnamiennes.Comme je parle vietnamien, je peux aller les voir directement dans leurs villages. Parfois ces artisans nous en présentent d’autres, ou encore, nous les rencontrons à l’occasion de salons sur place. C’est surtout dans le nord du pays qu’ils se situent.

La raison est que l’empereur Lý Thái Tổ a transféré la capitale impériale en 1010 de Hoa Lư à Hà Nội (à l’époque appelée Thăng Long), entraînant un fort développement et une concentration de villages artisanaux dans la région.Une grande partie de l’artisanat et de l’artisanat d’art étant destiné à la cour impériale.

Le choix d’un artisan repose sur des critères de qualité, de contact et de démarche de production. Certains aimeraient qu’on leur fournisse directement les modèles à produire, mais notre démarche est différente et demande l’élaboration de prototypes. Nous cherchons donc des personnes qui adhèrent à cette façon de faire.

Le savoir-faire ancestral des artisans. Crédit photo: rivêt

Asiacope : Vous utilisez des matériaux comme la corne pour l’élaboration de certains de vos bijoux. Pourquoi ce choix ?

Je suis un peu tombé par hasard sur un artisan qui utilisait ce produit. Dans beaucoup de pays, comme la France, on l’utilisait également avant que ce ne soit remplacé par le plastique. Par exemple pour les peignes, ou les manches de couteaux. J’ai trouvé cela original, et je me rend compte qu’en Europe, il y a de plus en plus de gens que cela intéresse. Cependant, nous avons aussi des matières neutres comma la pierre, le laiton ou encore la laque. Nous avons aussi de la céramique, et nous espérons développer le verre.

INVITATION AU VOYAGE…

Province de Ha Giang. Crédit photo: voyagevietnam.com

Asiascope: En attendant de pouvoir un jour visiter le Vietnam,quelles sont vos régions préférées ?

Personnellement, j’aime beaucoup les montagnes du nord, proches de la frontière chinoise. Les paysages y sont magnifiques, avec des montagnes en pain de sucre et des rizières en terrasse. J’aime aussi les provinces moins touristiques comme Hà Giang . Dans ces régions il y a beaucoup d’ethnies minoritaires dont la culture est à découvrir.

Pilulier en laiton. rivêt.

Asiascope : Merci beaucoup !

rivêt propose également des articles de décoration , à découvrir sur le site. Tous les colis sont expédiés de l’atelier à Châtillon.Pour les Parisiens ou proche banlieue, il est possible de récupérer les produits directement à l’entrepôt. J’espère que cet entretien vous aura donné envie de découvrir cette marque sympathique qui met en valeur l’exigence et la qualité des savoir-faire ancestraux de la culture vietnamienne à travers des modèles élégants et épurés.

Merci à Charles Coutris pour sa gentillesse et sa disponibilité.

Please follow and like us:
error

6163total visits,16visits today

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *